Skip to main content
All Posts By

Rémi

Maurice Buaz raconte son « Âge d’Or des Carpentier »

By Interviews, L'Âge d'Or des Carpentier

Entre l’arrangement des titres du spectacle, la première répétition et les réunions de mise en scène qu’il enchaîne depuis quelque temps, l’artiste se confie sur sa nouvelle création : L‘Âge d’Or des Carpentier. A lire et partager sans modération.

C’est une habitude maintenant, pour chaque nouveau spectacle, nous nous retrouvons pour en parler. Cette fois, c’est pour les Carpentier… Qu’est-ce que ce nom évoque chez toi ?

MB : Les Carpentier… il faut remonter loin dans mes souvenirs, puisqu’on parle d’évènements qui ont eu lieu voilà une cinquantaine d’années ! Avec «Intervilles» et les vachettes de Guy Lux, c’est sans doute l’émission qui m’a permis d’aimer la télé à une époque où chacun n’avait pas encore un poste de télévision à la maison. On se retrouvait entre voisins à regarder l’émission attendue toute une semaine ! C’est une époque où la télé pouvait encore créer du lien culturel et social, ce qui n’est évidemment plus le cas maintenant pour la grande majorité des émissions… pour ne pas dire toutes !

D’autre part, les Carpentier (avec les Beatles) ont contribué eux aussi, à me décider pour une carrière d’artiste. Comme je te l’ai dit,  j’attendais, avec l’impatience du jeune homme que j’étais, cette émission du samedi soir, fasciné par la kyrielle de stars qui venaient chanter, se marrer entre elles, sans se prendre la tête, sans le souci de l’audit et des parts de marché… Autant dire qu’actuellement, cette émission dans son concept ne pourrait tout simplement plus avoir lieu. Et je ne remercierai jamais assez ce couple de producteurs qui travaillaient comme des fous toute une semaine pour l’émission du samedi et qui avaient le pouvoir de rassembler sur un même plateau : Johnny, Sylvie, Sardou, Dassin, Carlos, ou encore Aznavour, Sacha, Mitchell ou Gainsbourg..! Et j’étais désolé quand, pour une raison ou pour une autre (j’étais déjà musicien de bal à l’époque, et nous n’avions pas la possibilité alors de regarder en replay !), je ne pouvais assister à la diffusion.

C’est donc tout naturellement que tu as choisi d’en faire ton prochain spectacle ?

MB : En fait, ma réponse à cette question est presque contenue dans la première… Tu as pu te rendre compte que les spectacles que j’ai montés jusqu’ici ont tous un lien étroit avec ce que j’ai pu vivre dans un passé plus ou moins lointain. Hormis le Sardou de 88 qui a été le premier, dû à un hasard total et le fruit d’une collaboration étroite avec Daniel Sassolas, mon professeur de guitare d’alors, et feu l’Ecole de St Maurice l’Exil, tous les autres ont une raison bien particulière mais on en a déjà parlé, je ne reviendrai pas dessus.

Les « Numéro 1» ou les « Top à » des Carpentier reprenaient de façon humoristique ce que j’avais déjà entendu dans « Salut les copains » de Daniel Filipacchi, cette émission sur Europe n°1 au début des années 60, que j’écoutais tous les soirs l’oreille collée à mon transistor pendant que je faisais mes devoirs..! (A ne pas divulguer auprès de toutes les oreilles !) C’est donc à cette sacrée nostalgie du temps passé, mêlée à l’envie de rendre hommage à tous ces artistes qui s’en sont allés les uns après les autres, que je dois ce nouveau spectacle L’Âge d’Or des Carpentier… car c’est sûr, personne ne pourra contester ce fait, cette époque a été un âge d’or et tu ne peux pas savoir le bonheur que j’ai de l’avoir connue !

Sans tout dévoiler du spectacle, que peux-tu nous dire de ton Âge d’Or des Carpentier ?

MB : Je n’ai pas pour habitude de faire les choses à moitié ! Pour L’Âge d’Or, je voulais juste recréer en direct, comme ils le faisaient déjà à l’époque, l’ambiance d’un plateau télé avec décors, costumes, danses, sketchs d’avant chansons ou pour présenter les vedettes, lumières, vidéos… avec des avantages et des inconvénients.

L’inconvénient, c’est de tout montrer en direct. Pour certains tableaux, c’est un handicap de taille qu’il a fallu résoudre dans la mise en scène, notamment pour coller avec le texte de certains titres, ou pour avoir le temps matériel de préparer les chanteurs et chanteuses au sketch suivant dans un nouveau décor, dans un nouveau costume, sans pouvoir rien couper au montage !

L’avantage est de pouvoir travailler avec les matériels d’une technologie nouvelle, que les Carpentier ne possédaient pas. En ce qui concerne les lumières, j’ai longuement hésité entre le fait de rester dans de l’éclairage de l’époque, et celui d’utiliser les robots de maintenant. Je me suis décidé quand même pour la seconde solution, ce qui permettra aux spectateurs de bénéficier de la pointe technologique à des endroits bien précis du spectacle. Pour la vidéo et les images, elles seront bien sûr le reflet du monde du passé, avec quelques surprises dues là encore aux progrès de la technologie.

On peut parler de véritable comédie musicale dédiée aux Carpentier.

La première représentation aura lieu en octobre 2023. Que va-t-il se passer d’ici là ?

MB : D’ici là, les choses sont simples ! On est en train de trouver l’ensemble des décors et costumes, ici, tout n’est pas définitif, mais les choses ont bien avancé depuis cet été. Et la première répétition d’octobre dernier a permis de mettre au point certains détails restés dans l’ombre jusque-là. Maintenant, il reste le plus difficile : mettre la musique en place, répéter la mise en scène avec les chanteurs, chanteuses, comédiens, figurants et danseurs puisqu’on peut parler de véritable comédie musicale dédiée aux Carpentier, comprenant  plus de cinquante artistes…

Autre difficulté : adapter la mise en scène à tous types d’endroits. Certes, on ne pourra pas passer dans les petites salles car il nous faut 150 m2 de plateau, plus l’orchestre en fosse : ça suppose une infrastructure de taille !

Un travail de longue haleine commence, avec metteur en scène, chorégraphe, costumière, et toutes les personnes de l’ombre, ô combien précieuses, sans qui rien ne serait possible…

Rendez-vous dès à présent sur https://mauricebuaz.com/billetterie/

Casting l’Âge d’Or des Carpentier !

By L'Âge d'Or des Carpentier

Maurice Buaz recrute un chanteur homme pour son prochain spectacle « L’Âge d’Or des Carpentier », spectacle en hommage à Maritie et Gilbert Carpentier, le célèbre couple qui produisit des émissions de variétés dans les années 70/80.

Au programme, les grands succès de Claude François, Johnny, Sylvie, Sheila… ou autres Eddy Mitchell, Joe Dassin, Carlos, Serge Lama…

L’orchestre est constitué d’une rythmique (basse, batterie, guitare, piano, synthétiseurs), d’un quatuor à cordes, d’une section comprenant saxophones, trompettes, trombones, et 4 choristes.

Un casting en vue du recrutement aura lieu Samedi 10 Septembre 2022 à la salle Baptiste Dufeu, 121 Rue de la République à PEAGE DE ROUSSILLON à partir de 14h30.

Inscrivez-vous en envoyant un mail à contact@mauricebuaz.com

Munissez-vous d’une clé USB avec le playback de 2 chansons choisies parmi le répertoire de Charles Aznavour, Michel Berger, Mike Brant, Carlos, Julien Clerc, Joe Dassin, Sacha Distel, Claude François, Michel Fugain, Johnny Hallyday, Serge Lama, Gérard Lenorman, Eddy Mitchell, Michel Polnareff ou Michel Sardou. 

 

Communiqué du 8 Avril 2021

By Signé Sardou

Chers amis,

Comme vous pouviez vous en douter, en raison de la pandémie, Signé Sardou ne pourra pas être donné le 22 Mai prochain au Manège à Vienne. Nous en sommes navrés pour vous, pour les artistes, pour les techniciens, pour l’ensemble de la profession. Nous attendons encore un peu afin de trouver une nouvelle date, sans doute à l’automne prochain. Evidemment, elle sera fonction de la situation sanitaire du moment, en souhaitant que les mesures prises à l’encontre de la « Covid 19 » soient suffisamment efficaces pour que nous puissions enfin redonner un spectacle dans les conditions qui étaient les nôtres il y a plus d’un an maintenant…

Restez en contact afin de réserver vos places dès que possible ! Bel été à tous, soyez vigilants et restez en bonne santé !

Bien à vous !

Pour Singali,

 

Maurice Buaz

3 questions à Maurice Buaz

By Interviews

Dans le contexte que nous connaissons, difficile pour beaucoup et particulièrement pour le monde du spectacle, nous avons posé 3 questions à Maurice Buaz. Son ressenti sur la situation, ses projets… C’est à lire maintenant !

Tu nous avais donné rendez-vous en Novembre dernier au Manège à Vienne. Malheureusement, dans le contexte que nous connaissons, le spectacle a dû être reporté. Quel est ton sentiment par rapport à tout ce que nous vivons ?

MB : En novembre, compte-tenu du contexte sanitaire dans lequel nous nous trouvions, et dans lequel nous nous trouvons toujours, j’ai personnellement tout tenté pour donner, envers et contre tout, Signé Sardou au Manège à Vienne, au risque de provoquer quelques tensions au sein même de l’association… J’en profite ici pour remercier à nouveau celles et ceux qui m’ont aidé dans ma démarche et qui n’ont pas hésité à prendre aussi certains risques ! Les raisons qui ont dicté ma conduite sont simples : notre profession est touchée de plein fouet par la pandémie et vit une période particulièrement troublée, pénible et totalement inédite. Les décisions qui ont été prises au plus haut niveau me semblent cependant injustifiées : sincèrement, je ne pense pas que venir écouter Signé Sardou au Manège à Vienne dans le strict respect du protocole sanitaire soit plus dangereux qu’aller faire ses courses au supermarché du coin… Mais bon… nous aurons beaucoup travaillé, perdu un peu d’argent pour la communication, mais ce n’est pas grave. Nous avons pu faire une répétition générale au mois d’Octobre, à la salle Aragon à Saint Maurice, salle qui a connu la première édition de Signé Sardou en 88, avec le retour de certains musiciens qui étaient déjà là à cette époque… et avec aussi de nouvelles têtes… par conséquent, une répétition remplie d’émotion et de musique :  c’est ça le spectacle !

Est-ce que cette période est malgré tout propice à l’écriture, à la création ?

MB : Par le fait, oui ! Puisque le confinement, le couvre-feu nous interdisent les répétions et les concerts, puisqu’ils nous suppriment toute vie sociale et culturelle, il ne reste donc plus que l’ordinateur ! A quelque chose malheur est bon, puisqu’ils m’ont permis de finir (ou presque) l’écriture du spectacle Carpentier, qui sera le prochain show de Singali !

Et puis, à dire vrai, le contexte émotionnel dans lequel nous sommes plongés, m’invite à l’écriture… je n’ai jamais travaillé aussi vite !

Le contexte émotionnel dans lequel nous sommes plongés, m'invite à l'écriture...

Je vous donne rendez-vous le 22 Mai prochain, à Vienne, pour Signé Sardou.

Quels sont nos prochains rendez-vous ?

MB : Je peux vous l’annoncer aujourd’hui : je vous donne tous rendez-vous le 22 Mai prochain (et peut-être même le 23 !) au Manège à Vienne pour Signé Sardou. Je suis remonté à bloc, les musiciens aussi, quitte à repousser encore une fois… allez savoir ! Je vous invite à suivre les news que nous publierons sur ce site et sur Facebook dans les prochaines semaines pour avoir des infos sur les modalités, la billetterie…

Et puis bien sûr, il y aura le spectacle Carpentier sur lequel je travaille beaucoup en ce moment… J’espère pouvoir vous présenter ce nouveau show fin 2021 – 2022. Vous l’aurez compris, ce sera un hommage à Maritie et Gilbert Carpentier, le célèbre couple qui anima pendant des années les samedis soirs de la télévision française à l’époque où cette dernière savait encore faire de vrais spectacles de variété. Le spectacle sera copieux, mêlant musique, sketchs et danse ! Alors d’ici là, une fois que j’aurai fini l’écriture de la musique, il faudra préparer, organiser et répéter ! On a du pain sur la planche !

Merci Maurice pour tes réponses ! A suivre dans nos prochaines publications, toutes les informations concernant Signé Sardou, samedi 22 Mai 2021 – Le Manège, 30 Avenue Général Leclerc, 38200 Vienne.

Sardou après Sardou, l’histoire d’un spectacle d’hier et d’aujourd’hui

By Signé Sardou

L’histoire de Signé Sardou commence en 1986. Maurice Buaz est alors Directeur de l’Ecole de Musique de Saint Maurice l’Exil. Depuis quelques années déjà, il donne en fin d’année scolaire un opéra ou un conte musical pour enfants permettant ainsi la participation de tous les élèves de l’Ecole. Mais, cette année-là, il a l’idée d’arranger tout un spectacle consacré à Michel Sardou, alors au sommet de sa gloire. C’est ainsi qu’est né Signé Sardou, un spectacle faisant appel à l’ensemble des instruments enseignés à l’Ecole, mais aussi à l’outil informatique et aux instruments de synthèse qui en sont à leurs balbutiements. Il fait aussi appel au monde du show biz – chanteurs, choristes, techniciens professionnels – les élèves et les professeurs sont imprégnés soudain de la musique de variété. Un an de préparation et de répétitions sont nécessaires, mais à l’époque l’effet de surprise est colossal. Le spectacle sera donné 15 fois entre 1988 et 1989, devant plus de 20 000 personnes.

Le temps a passé, Maurice Buaz a quitté Saint Maurice l’Exil, il a monté d’autres spectacles, fait de nouvelles rencontres. Il donne notamment Quelques mots d’amour, Yesterday, et Crooners, au Théâtre antique de Vienne où il y a pris ses habitudes.

Nous sommes maintenant en 2017 et il décide de redonner Signé Sardou au moment où la star arrête sa carrière de chanteur. En 30 ans, les choses ont changé, les enfants ont grandi, quitté l’Ecole et la musique, mais certains musiciens sont restés, les amis, les vrais, ceux sur qui on peut compter, ceux avec qui on peut construire des projets. L’association Singali qui produit le spectacle a été créée, le groupe s’est professionnalisé, les musiciens viennent de toute la Région, de l’agglomération Roussillonnaise, bien sûr, mais aussi de Vienne, St Etienne, Valence… Le groupe d’amis s’est constitué au fil des années, les Viennois sont restés eux aussi et seront présents dans Signé Sardou version 2.

Stéphane Vettraino

L'ami de toujours

Stéphane Vettraino, l’ami de toujours que Maurice Buaz a rencontré au Conservatoire de Givors à l’occasion de l’enregistrement d’un album sur les groupes rock de la ville (Factory notamment, avec Yves Matrat et « Puce »…). Pianiste de jazz, directeur d’Ecole de musique, compositeur, il est bien connu des Viennois par ses chevauchées fantastiques au piano sur des films muets lors de Ciné-Concerts organisés par Jazz à Vienne. Stéphane a gentiment accepté de jouer l’un des stands synthé.

Valérie Lavigne-Delhomme

Professeure de violoncelle

Valérie Lavigne-Delhomme est professeure de violoncelle dans les Conservatoires alentours, c’est la petite dernière qui a rejoint le groupe lorsque Maurice Buaz a intégré le quatuor à cordes dans le spectacle. Elle appartient aussi au Quatuor Kynesis basé à Estrablin.

Sophie Garcia

Chanteuse soliste

Sophie Garcia, l’une des chanteuses solistes (le spectacle fait appel aussi à la voix féminine), est là depuis 2008, depuis l’hommage à Michel Berger. Inoubliable Sadia de Starmania, Sophie chante dans divers groupes et ensembles, elle a des projets plein la tête, c’est une valeur sûre de l’orchestre, et son talent n’a d’égal que sa gentillesse.

Signé Sardou version 2, c’est un savant mélange entre les tubes de la star (Les lacs du Connemara, La Java de Broadway, La maladie d’amour, Le France…) et les titres moins connus (La pluie de Jules César, La vieille, Les bateaux du courrier…). Ces derniers laissent par ailleurs une large place à l’expression d’un orchestre semi symphonique puisque Signé Sardou rassemble 30 musiciens et chanteurs, pour la plupart professionnels : rythmique, section de cuivres, quatuor à cordes, choristes et solistes.

C’est fort du franc succès obtenu à la salle Baptiste Dufeu en Juin 2018 que Signé Sardou revient, cette fois à la nouvelle salle du Manège à Vienne les 14 et 15 Novembre prochains.

Un nouveau Sardou

Signé Sardou revient, oui, mais dans une version 2.1 ! A Péage, c’est Nicolas Reyno qui avait la tâche de chanter Sardou, tâche dont il s’acquitta magnifiquement. Mais Nicolas étant pris par ses propres spectacles, c’est Olivier Debauge, habitant la région de Saint Etienne qui tient désormais le rôle. Du casting organisé en Mars dernier, c’est lui qui fut le Sardou le plus brillant parmi la vingtaine de candidats présents (A lire : Rencontre avec Olivier Debauge).

Et puis…, certes, Maurice Buaz est toujours en préparation d’un nouveau show, cette fois-ci ce sera un hommage à Maritie et Gilbert Carpentier, le célèbre couple qui anima pendant des années les samedis soirs de la télévision française à l’époque où cette dernière savait encore faire de vrais spectacles de variété. Mais comme on le dit souvent, on revient toujours à ses premières amours : est-ce pour fustiger le temps qui passe ? (Sardou dirait « Putain de temps »…), est-ce pour entendre encore une fois la cornemuse des lacs ?, est-ce un prétexte pour retrouver les amis derrière un synthé ou une batterie ? Toujours est-il qu’il y a une vraie « maladie d’amour » entre Sardou et celui qui l’a poursuivi une grande partie de sa carrière. Signé Sardou est aussi et surtout un clin d’œil aux musiques de Jacques Revaux, puisque tous les titres du spectacle ont été écrits de la main du célèbre arrangeur.

Signé Sardou, samedi 14 Novembre à 16h00 et dimanche 15 Novembre à 16h00 – Le Manège, 30 Avenue Général Leclerc, 38200 Vienne.

Rencontre avec Olivier Debauge

By Interviews

Rencontre avec Olivier Debauge, qui incarnera Michel Sardou dans Signé Sardou, les 14 et 15 Novembre prochains, au Manège à Vienne.

Originaire de la région du Forez, Olivier baigne dans la musique depuis sa plus tendre enfance, grâce à son entourage familial.
A 14 ans, il commence à chanter au sein de la chorale de son collège. Puis, dès l’âge de 15 ans, il choisit de suivre des cours de chant à l’Ecole Massenet Comédie pour se perfectionner. Quelques années plus tard, il intègre plusieurs formations en tant que chanteur leader. Il connaîtra les beaux jours des orchestres de bal, du temps où il y en avait encore…
Fan de Michel Sardou depuis toujours, l’envie lui vint de reprendre ses chansons. C’est ainsi qu’il créera sa propre association, avec en activité phare un spectacle dédié à son idole de toujours.
Ce spectacle lui donnera notamment l’opportunité de faire les premières parties d’Age tendre et tête de bois et de Didier Barbelivien. Fort de ces expériences, l’évidence de continuer à chanter les chansons de Michel Sardou ne fait plus aucun doute, et reste pour Olivier un plaisir immense de partager avec le public sa passion pour ce monument de la chanson Française.
Bonjour Olivier ! Tu rejoins la troupe de Signé Sardou pour tenir le rôle principal. Qu’est ce qui t’a motivé à passer le casting ?
OD : Bonjour Rémi ! Depuis très longtemps, je rêve d’incarner Michel Sardou avec une grande formation… j’avais vu quelques extraits de Signé Sardou sur Facebook et à l’annonce d’un casting pour recruter le rôle principal du spectacle, je ne pouvais – je ne devais ! – pas passer à côté de cette chance ! Tu sais, je tourne avec un spectacle Sardou, mais je chante sur bande son… alors, je devais tout tenter pour chanter avec un tel orchestre…. et j’ai bien fait ! Le plaisir et le partage sur scène ne sera certainement pas le même !
Raconte-nous comment ça s’est passé, le casting, ta rencontre avec Maurice… ?
OD : J’étais un peu stressé ce jour-là car conscient de ne pas avoir le droit à l’erreur ! je me suis lancé dans la bataille ! J’avais préparé la chanson Vladimir Ilitch pour l’occasion… je ne sais pas pourquoi, mais c’est une chanson qui m’a marqué dans le répertoire de Sardou. J’étais l’un des premiers à me présenter au casting. Margaux et Maurice m’ont reçu très gentiment. Je savais Maurice très strict… Au final, j’ai rencontré quelqu’un de passionné, maîtrisant le sujet à la perfection et d’une grande gentillesse… un moment de stress mais qui restera gravé en moi…
Je crois savoir que ce qui a fait la différence avec les autres candidats, c’est que comme Nicolas avant toi, ta voix est proche de l’originale…
OD : Nicolas est un chanteur de talent avec un charisme énorme. Quelle fierté de lui succéder dans cette belle aventure ! Nous avons la chance effectivement d’avoir une voix avec des intonations qui se rapprochent de celle de Michel Sardou. Personnellement je ne m’en rends pas vraiment compte, mais le retour du public est souvent unanime sur ce point et comme le public a toujours raison… Même Margaux et Maurice s’en sont rendus compte 😉 ! Plus sérieusement, je crois que ni l’un ni l’autre ne cherchons à imiter l’artiste. Nous l’interprétons humblement, en ayant la chance de pouvoir partager tout ça sur scène, avec le public !
Puisque tu parles de partage, dans Signé Sardou, tu vas partager la scène et les chansons de Sardou avec un grand orchestre et d’autres solistes, notamment pour des duos ou trios… c’est une première pour toi ?
OD : Ce n’est pas vraiment une première, non ! J’ai fait partie d’un orchestre généraliste et je partageais la scène avec d’autres chanteuses et chanteurs sur des tournées d’été. Et puis, au sein de mon association, je tourne avec une chanteuse sur un spectacle dédié aux années 80. En revanche, ce qui sera une vraie première, c’est de chanter Sardou avec un grand orchestre et sur des arrangements magnifiques de Maurice. J’ai hâte d’y être !
Nous vivons un moment « extraordinaire » avec la crise sanitaire. Le monde du spectacle est fortement impacté. Quel est ton regard sur tout ça ?
OD : Bien entendu, il faut se protéger de ce nouveau fléau ! Il est vrai que le monde du spectacle est lourdement impacté, pas que les artistes d’ailleurs… Toutes les entreprises « de l’ombre » souffrent énormément ! C’est pourquoi il faut aller aux concerts, continuer à faire vivre le spectacle vivant, à produire des spectacles, s’adapter et rassurer les gens par rapport aux mesures sanitaires… Nous ne savons malheureusement pas combien de temps cette situation va durer, alors restons prudent mais continuons à chanter, à jouer et à sortir !
Qu’as-tu envie de dire à celles et ceux qui ne te connaissent pas encore pour qu’ils viennent nombreux au Manège les 14 et 15 Novembre prochains, sachant que les protocoles sanitaires en vigueur seront bien évidemment appliqués ?
OD : Je leur dis qu’il FAUT venir ! Ce spectacle doit être vu ! Hâte d’incarner mon idole de toujours entouré de cette équipe de fous furieux !  Je vous promets un spectacle de qualité, un moment inoubliable ! Merci mille fois à Maurice de m’accueillir dans cette famille musicale…

Merci Olivier, je suis ravi d’avoir enfin pu faire ta connaissance !

Casting Signé Sardou !

By Signé Sardou

Maurice Buaz recrute un chanteur pour la représentation de Signé Sardou du Samedi 14 Novembre 2020 au Manège à Vienne.

Au programme, les grands succès de Michel Sardou : La Maladie d’Amour, La Java de Broadway, L’An Mil, Chanteur de Jazz, Les Lacs du Connemara

L’orchestre est constitué d’une rythmique (basse, batterie, guitare, piano, synthétiseurs), d’un quatuor à cordes, d’une section comprenant saxophones, trompettes, trombones, flûte, hautbois, clarinette, et 4 choristes.

Un casting en vue du recrutement aura lieu Samedi 7 Mars 2020 à la salle de la Clairière, 14 Place Paul Morand, à PEAGE DE ROUSSILLON, à partir de 14h30.

Inscrivez-vous à l’adresse mail suivante : contact@mauricebuaz.com

Munissez-vous d’une clé USB avec le playback de la chanson choisie parmi le répertoire de Michel Sardou.

 

Signé Sardou, une histoire d’amitié

By Signé Sardou

Les 2 et 3 Juin prochains auront lieu à la salle Baptiste Dufeu de Péage de Roussillon les deux représentations de Signé Sardou, création de Maurice Buaz que l’on connaît pour la qualité de ses spectacles. Qualité qu’il doit, outre son talent d’arrangeur et de chef d’orchestre, aux musiciens qui l’entourent…

Si Maurice Buaz apprécie de découvrir au gré de ses spectacles de nouveaux artistes, il sait pouvoir compter aussi sur un cercle de musiciens de talent.
« J’ai la chance d’avoir autour de moi des amis fidèles et talentueux qui répondent présent à chacun de mes spectacles, et que je ne remercierai jamais assez… Je pense notamment à mon ami Stéphane Vettraino, compositeur et pianiste de jazz émérite qui a bien voulu délaisser son piano pour assurer la partie de synthé 1, à ma petite Flo (Florence Delignerolles), ma pianiste depuis toujours et merveilleuse interprète, à Patrick Mange, saxophoniste (l’un des meilleurs) et également chef d’orchestre, qui fût pendant de nombreuses années mon collègue au Conservatoire de Givors, … Je ne peux pas tous les
citer, pardon… ».
Signé Sardou est donc une belle histoire d’amitié et de rencontres artistiques. Parmi ces nouvelles rencontres, Nicolas Reyno, qui viendra compléter le casting des chanteurs solistes parmi lesquels figurent ceux que l’on ne présente plus : Sophie Garcia, Véronique Larose, Lilou Perret, Didier Rieux…

(Re)Faisons la connaissance de Nicolas au travers de l’interview qu’il a eu la gentillesse de nous accorder il y quelques semaines.

Interview de Nicolas Reyno

Interview de Nicolas Reyno

By Interviews

Nous terminons cette série d’interviews de nos 5 chanteurs en faisant la connaissance de Nicolas Reyno, artiste Lyonnais, le « petit nouveau » de la bande, qui aura le rôle principal dans Signé Sardou ! A lire et partager !

Tu es la dernière « recrue » de Maurice et ceux qui le suivent ne te connaissent pas forcément encore. Ma première question est donc simple : Qui es-tu Nicolas Reyno ?

NR : J’adore la question, j’ai l’impression d’être un super héros masqué (rires) !

La réponse est beaucoup plus raisonnable que ça : je suis chanteur depuis quelques années maintenant, plus de 20 ans déjà.  J’habite la région Lyonnaise. Je suis un passionné de scène et de spectacle depuis tout petit et je me suis très vite retrouvé sur les planches. J’ai eu l’occasion de découvrir pas mal de choses : j’ai été pianiste, guitariste, batteur, je suis également auteur-compositeur et c’est d’ailleurs à cette période-là que j’ai eu l’occasion de rencontrer plusieurs artistes et de partager la scène avec certains d’entres eux. J’ai « baroudé » pas mal d’années avant de devenir définitivement professionnel. On va fêter les 10 ans de carrière l’année prochaine déjà… ça passe à une allure folle !

Ton parcours musical t’a permis de faire pas mal de belles rencontres, souvent déterminantes…

NR :  J’ai effectivement eu cette chance-là et encore aujourd’hui d’ailleurs. Le gros point de départ a été dans les années 2000, avec la rencontre d’un producteur qui est devenu un ami très cher aujourd’hui. A l’époque, je ne chantais que mes propres créations. J’ai pu croiser la route de quelques artistes également, qui ont pour certains changé pas mal de choses dans ma carrière professionnelle. Entre les premières parties (Michel Delpech, Emile et Image, Claude Barzotti, Jean-Luc Lahaye…) et les duos comme celui avec Didier Barbelivien en 2014, ça a souvent orienté ou aidé la suite effectivement.

Tu sillonnes la France avec 4 spectacles différents dont 100 % SARDOU depuis 2012. J’imagine que tu es fan de l’artiste ? 

NR : Je ne suis pas fan du mot « fan »… je trouve ce mot assez réducteur… mais oui c’est évident … j’aime beaucoup l’artiste et surtout son répertoire… Ça fait de nombreuses années que je reprends ses chansons chaque soir et je ne m’en suis jamais lassé une seule seconde.

D’ailleurs, ta voix est proche de l’originale…

NR : Alors là aussi… il y a deux écoles… Je parlerai beaucoup plus de « couleur » ou « grain de voix » similaire… je n’ai jamais su dans quelle case me ranger d’ailleurs… ah ben tu sais… les cases… on aime bien les cases nous (rires)… C’est très effrayant d’ailleurs, parce que tu as vite fais de perdre un peu de ta personnalité.

 J’entends plein de choses après les spectacles. J’ai la chance de rencontrer des personnes formidables d’ailleurs… certains me parlent de « sosie vocal », d’autres d’un hommage très personnel… chacun le voit ou l’entend comme il le sent… et c’est ça qui est bien d’ailleurs. Mais pour répondre à ta question, oui, le grain est là, et cette ressemblance a été aussi déterminante au moment du lancement du spectacle 100% SARDOU.

Pourquoi as-tu répondu présent pour Signé Sardou ?

NR : C’était presque une évidence !!! Je ne connaissais qu’une infime partie de l’équipe, mais quand Maurice et Sophie (Garcia, NDLR) m’ont parlé de l’équipe, du projet, du répertoire avec autant d’artistes sur scène… je ne pouvais que dire OUI ! Et puis, pouvoir être acteur et spectateur en même temps va être vraiment très plaisant ! Nous sommes plusieurs à chanter et nous allons nous partager le répertoire, ça va donner un super relief aux chansons.

Que veux-tu dire pour conclure cette interview à celles et ceux qui hésitent encore à venir les 2 et 3 Juin prochain ?

NR :  Pourquoi ?  Il y en a encore qui hésitent !!???!! Un événement de cette taille-là dans la région… il n’y a aucune excuse ! Même pas le soleil dehors (rires) ! Deux dates… deux horaires… il y a le choix… J’ai la set liste du concert sous les yeux là…  je peux vous dire qu’on va passer un très très bon moment !

Merci Nicolas pour ta gentillesse et pour ton temps ! J’ai hâte de te retrouver sur scène !